La prévention des agressions n’est pas un loisir

Nous partageons ce texte qui nous a été envoyé le 18 mars 2021 par des femmes et mères d’Ille-et-Vilaine (35). Cette démarche collective nous a interpellées et c’est un exemple parmi d’autres qui fait écho à ce que nous pensons depuis la rentrée 2020. Les associations de prévention des agressions ne peuvent pas mettre en pause leurs actions !

Bonjour,

Nous sommes des femmes et mères inscrites au stage d’auto-defense pour femmes « RIPOSTE », accueilli par l’association Familles Rurales. Ce stage prévu depuis plusieurs mois devait se tenir les 27 et 28 mars prochain, sur la commune de Dingé puis sur celle de Hédé. Nous avons pris un peu de temps pour répondre à la nouvelle du report de ce stage, qui sera une annulation pour certaines, du fait d’impossibilité aux dates reportées.

Individuellement, nous comprenons, nous accusons le coup, digérons la sincère déception. Nous absorbons la situation, comme nous avons appris à le faire en tant que femmes et mères.

Nous avions besoin d’en parler au niveau de notre association, et de partager notre incompréhension.

Nous avions inscrit ce stage RIPOSTE dans nos activités pour le printemps. C’était une étape importante de nous dire : on ne lance pas de nouveau projet pour le printemps, on se concentre sur la formation et on agit ensemble ensuite.

Nous cherchions à le mettre en place depuis un moment, et avons pu nous projeter quand Familles rurales nous a sollicitées au sujet de l’appel à projet « égalité femmes-hommes » lancé à l’été et suite au premier confinement et les situations d’inégalités qui étaient remontées à la conscience publique.

Nous nous sommes projetées chacune et ensemble dans ce stage, dans ce qu’il nous apporterait et rêvions déjà de l’effet « tâche d’huile » ; un atelier théâtre avec un groupe de filles axé sur la légitime défense a lieu en ce moment, nous avions annoncé la tenue de ce stage dans nos cercles de paroles, et différents lieux d’expression ; recevant intérêt et curiosité.

Par ailleurs, en tant qu’actrices de terrain, et notamment lors des installations : « FEMMAGE AUX VICTIMES DU TERRORISME PATRIARCAL, MONUMENT AUX MORTES ET AUX VIVANTES » des cas de violences conjugales sur le territoire nous sont remontées. Et c’était respirant de pouvoir inviter ces personnes à se joindre à ce stage, comme un message : « tu n’es pas seule ».

Au delà de nos chemins personnels, nous savons qu’il y a plus qu’urgence à proposer, visibiliser et faire savoir que ces stages existent. Il y va du message que nous envoyons à nos agresseurs aussi.

Beaucoup de femmes ne se sont pas inscrites à ce premier stage. C’est une démarche personnelle et courageuse. Mais pour autant elles ont été très déçues également d’apprendre qu’il était reporté.

Nous savons bien que les activités de loisir pour les adultes sont proscrites.

Le stage d’auto-defense verbale et physique n’est pas une activité de loisirs. Il répond à une urgence sociale.

Nous savons également qu’au titre de la formation ou des activités en lien avec la parentalité, des actions peuvent avoir lieu. Nous en réalisons. L’auto-defense pour femmes est un enjeu de parentalité aussi. Nous, rassemblées pour écrire ce courrier, sommes mères et nous sommes inscrites à ce stage depuis cette place précise.

Annuler ou même reporter ce stage en temps de couvre-feu et après un an de mesure de restriction des libertés est un acte fort qui va à l’encontre de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Nous avons le sentiment qu’un premier exercice d’auto-defense pour nous réside dans le fait d’exprimer notre incompréhension, tristesse, déception, frustration, colère devant cette situation.

De ne pas la garder pour nous. Il en va de notre santé physique, mentale et morale.

Aujourd’hui nombre de propositions sont annulées au nom de la responsabilité face à la crise sanitaire.

Nous questionnons notre responsabilité commune d’accepter cela, d’accepter la résignation.

Nous adressons cette lettre aux structures et aux personnes morales qui semblent ne pas mesurer la situation d’urgence et les répercussions qu’un tel report peut avoir. Nous souhaitons alerter sur cette situation d’urgence.

Nous comptons sur votre compréhension et votre aide pour faire entendre cet appel, et y apporter des réponses conséquentes.

Pour l’association Goûter la Consoude – une parole qui délie les langues

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s